Aller au contenu principal
  • Burkina Faso / Unité - Progrès - Justice

Recherche et Innovation : Le Pr Frédéric OUATTARA chez le Directeur Général de l’AIEA

En marge des travaux de la 66ème session de la Conférence générale de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA), le ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, le Professeur Frédéric OUATTARA, a été reçu en audience ce jeudi 29 septembre 2022, par le Directeur Général de l’Agence, Monsieur Rafael Mariano GROSSI. Les échanges entre les deux personnalités ont permis de passer en revue la coopération entre l’AIEA et le Burkina Faso.

 

A sa sortie d’audience le Pr Frédéric OUATTARA a laissé entendre qu’il est allé transmettre les salutations du Gouvernement du Burkina Faso à son interlocuteur et lui a adressé ses vives félicitations pour l’excellente dynamique qu’il a su impulser à l’Agence depuis le début de son mandat, en dépit du contexte de la COVID-19 qui aura marqué pratiquement tout son mandat. « J’ai aussi relevé l’intérêt du Burkina Faso pour le projet Rays of Hope initié par l’AIEA, qui vise à appuyer les Etats membres dans leurs efforts de lutte contre le cancer et plaidé pour un appui du Directeur général pour permettre au Burkina Faso d’en bénéficier concrètement. » a-t-il ajouté. Le patron en charge de la recherche et de l’innovation a également salué les initiatives NUTEC Plastics, ZODIAC et la franche collaboration entre l’Agence et le Burkina Faso, qui permettent d’engranger des résultats très satisfaisants.

Le Directeur Général de l’AIEA a salué les résultats engrangés par le Burkina Faso dans la mise en œuvre de son programme et a indiqué sa disponibilité à appuyer le pays dans le cadre de l’initiative Rays of Hope. Il a signalé que le cancer fait de nombreuses victimes dans le monde et plus particulièrement en Afrique et dans les pays latino-américains et qu’il était important que l’AIEA puisse jouer entièrement sa partition auprès des États membres qui en font la demande. Il s’est en outre intéressé aux centres de médecine nucléaire et de radiothérapie du Burkina Faso pour en connaître les difficultés aux fins d’un accompagnement plus adéquat.

DCRP/MESRI