Representation nationale

Les Institutions de Recherche

Vidéothèque

Le président Emmanuel MACRON aux étudiants : « Je suis venu m’adresser à vous parce que je crois en vous, en votre potentiel »

IMG 4809 Taille dorigineEn séjour au Burkina Faso pour une visite officielle, le Président français SEM Monsieur Emmanuel MACRON accompagné du président du Faso SEM Roch Marc Christian KABORE et du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et de l’Innovation le Pr Alkassoum MAIGA s’est rendu le mardi 28 novembre 2017 à l’université Ouaga 1 Pr Joseph KI-ZERBO où il s’est adressé pendant près de deux heures d’horloge à la jeunesse burkinabè et africaine sur divers sujets d’intérêt.

 C’est à 11h00 précises que le président français Emmanuel MACRON et le président du Faso Roch Marc KABORE ont fait leur entrée à l’amphi de l’Union africaine de l’université Ouaga1 Pr JKZ sous les ovations de l’assistance composée essentiellement d’étudiants.

Moment historique, l’honneur est revenu au Pr CISSE Rabiou, président de l’UO1 Pr JKZ de souhaiter la bienvenue à l’illustre hôte. Celui-ci a d’abord rendu hommage au président français pour le choix porté sur l’université de Ouagadougou afin de  s’adresser à la jeunesse burkinabè et africaine. «Cette visite du président français est un symbole fort et un honneur fait à la jeunesse burkinabè » a-t-il déclaré.IMG 4871 Taille dorigine

Donnant un aperçu sur le premier temple du savoir du Burkina Faso, le Pr RABIOU a expliqué que l’université Ouaga1 Pr JKZ a été créée en 1974 avec un effectif de 400 étudiants. 43 ans après, ce sont près de 70.000 étudiants qui partagent les amphis Ouaga1 Pr JKZ.

Puis, ce fut le tour de SEM Emmanuel MACRON de prendre la parole pour son adresse à la jeunesse burkinabè et africaine. Près de deux heures d’horloge. C’est le temps qu’aura duré le discours du président français. 

D’entrée de jeu, le président MACRON  a expliqué ce qui a motivé son choix sur le Burkina Faso. « Vous avez montré à la face du monde votre engagement à construire d’une nouvelle façon vos nations à l’image de ce que vous demandait Thomas SANKARA : « oser inventer l’avenir » a-t-il lancé, et d’ajouter que c’est parce qu’il croit à cette jeunesse burkinabè consciente et engagée et à son potentiel qu’il a décidé de débuter sa sortie officielle africaine en venant échanger avec la jeunesse du pays des hommes intègres. Pour lui, la jeunesse burkinabè représente l’emblème de la vitalité de la démocratie africaine.IMG 5095 Taille dorigineIMG 4891 Taille dorigine

Et le président MACRON d’affirmer, sous les applaudissements de l’assistance, que la politique africaine de la France est terminée. Pour MACRON, l’heure est à la refonte des relations avec l’Afrique. «J’ai pris l’engagement d’inscrire une nouvelle page des relations franco-africaines car nous avons des destins mêlés » a-t-il laissé entendre.

Poursuivant son discours, le président français a évoqué divers défis qu’il souhaite voir relevés en Afrique. Il s’agit notamment du phénomène du terrorisme, de l’extrémisme religieux, des changements climatiques, des conflits, des problèmes de démographie, de la promotion de la culture, du sport, de la langue française etc. 

Concernant spécifiquement l’éducation, Emmanuel MACRON a pris l’engagement  d’accompagner la formation des enseignants et de soutenir la scolarisation obligatoire des jeunes filles à travers l’octroi de bourses d’études en France.

Il a également annoncé sa volonté de renforcer le partenariat entre les universités africaines et européennes dans le but de permettre aux étudiants africains d’acquérir les doubles diplômes et de se former dans les filières de leurs besoins.

Après un discours qui aura duré près de deux heures d’horloge, le président MACRON, sans détour et très à l’aise, s’est prêté aux questions des étudiants sur des sujets tels que la levée du secret-défense concernant l’assassinat  de Thomas SANKARA, l’extradition de François COMPAORE, l’immigration etc.IMG 4835

C’est par un bain de foule que le Chef de l’Etat français a pris congé des étudiants aux environs de 13h43.

DCPM/MERS